Actualités

Le Laboratoire des idées: Entretien avec Korneel Grauwet

Entretien avec le Dr. Korneel Grauwet, chercheur postdoc au Brigham and Women’s Hospital / Harvard Medical School, co-président de la Harvard-MIT Belgian Society (Boston, USA), qui collabore avec WBI.

Le Laboratoire des idées

« Nos histoires peuvent être singulières mais notre destination est commune »
Président Barack Obama, 2008

Partant du principe qu’une crise mondiale demande une réponse réfléchie et coordonnée à l’échelle de la planète, Wallonie-Bruxelles International, grâce à son réseau d’Agents de Liaison Scientifique (ALS), a décidé de rassembler les idées et les travaux d’experts de tous les domaines scientifiques confondus.

Ces experts sont des professeurs, des doctorants, des médecins, des ingénieurs, des économistes, des architectes, des éducateurs, des juristes, des designers, des psychologues. Ils proviennent et évoluent donc dans des univers très différents mais partagent deux caractéristiques communes:

  • De par leur formation académique ou leur expérience professionnelle, ils sont liés aux institutions de recherche de la Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Leurs idées ont un impact direct ou indirect sur la compréhension, la réponse ou la relance vis-à-vis de la crise globale causée par l’épidémie de Covid-19

 

L'entretien avec Korneel Grauwet

Pourriez-vous vous présenter et expliquer brièvement votre lien avec les institutions de la Fédération Wallonie-Bruxelles ? Afin de briser la glace, pourriez-vous citer un élément vous correspondant mais qui ne figure pas sur votre CV professionnel ?
 
Je m'appelle Korneel Grauwet et je suis boursier post-doctoral au Centre de Recherche sur le Cancer du Massachusetts General Hospital (MGH) et à la faculté de médecine d’Harvard. J'ai reçu ma formation en Belgique en ingénierie des sciences biologiques et un doctorat en immunologie/virologie. Après avoir obtenu mon doctorat, j'ai déménagé à Boston (USA) pour poursuivre mes recherches à la Harvard Medical School et dans ses hôpitaux affiliés afin d'acquérir de l'expérience en médecine translationnelle et en oncologie. Depuis, j'ai concentré mes travaux sur la réorientation et la modification des virus pour les utiliser comme agents oncolytiques ou pour résoudre d'autres obstacles dans le domaine de l'onco-immunothérapie.
 
Je suis récemment devenu co-président de la Harvard-MIT Belgian Society (HMBS). La Harvard-MIT Belgian Society est une organisation basée à Boston et composée d'un conseil d'administration de membres belges, fondée au profit de la communauté belge de Harvard et du MIT. Cette société aide à orienter les nouveaux arrivants belges de Boston, en réunissant régulièrement les chercheurs belges des environs et en mettant en valeur les efforts et la culture belge au sein des communautés de Harvard et du MIT. Nous servons également de pont pour les personnes encore sur le territoire belge et souhaitant entrer en contact avec la communauté de chercheurs et entrepreneurs belges de Boston. Nous avons eu l'honneur de collaborer avec Wallonie-Bruxelles International (WBI) à de multiples reprises pour l’organisation de réunions de travail et les dialogues que nous entretenons avec les universités de la Fédération Wallonie-Bruxelles. WBI soutient également plusieurs de nos séminaires sur les progrès et les découvertes scientifiques faites à Harvard et au MIT qui ont eu un impact mondial, ce dont nous sommes extrêmement reconnaissants.
 
En dehors du laboratoire et des fonctions de président de la Harvard-MIT Belgian Society, vous me trouverez souvent sur la route, à moto (moteur surdimensionné inclus), en train de saisir ma part du rêve américain. C'est un passe-temps que j'ai commencé aux États-Unis avec un neurochirurgien japonais, qui conduit actuellement sa Harley au Japon.
 
Parlez-nous de vos travaux et de leurs liens, directs ou indirects, avec la crise due à l’épidémie de Covid-19.
 
Au cours de mes recherches, j'ai étudié l'interaction de divers virus (virus Herpes Simplex, cytomégalovirus humain et divers Lentivirus) avec le système immunitaire de l'hôte pour adapter et améliorer les onco-immunothérapies actuelles, telles que les virus oncolytiques, les Bivalent T-cell Engagers (BiTE) et les CAR T-cellules thérapies. Personnellement, j'ai une grande affinité avec la recherche translationnelle sur les tumeurs solides, telles que les tumeurs cérébrales du glioblastome, et ses barrières inhérentes qui rendent ces thérapies (en partie) sous-optimales.
 
Ayant une vaste expérience en virologie, je me suis porté volontaire et ai donc été redéployé au cours de cette crise Covid-19 comme l'un des responsables du Laboratoire d'Accélération du Diagnostic Covid-19 soutenant le Centre pour l'Innovation COVID. Le « MGB Center for COVID Innovation » a été fondé dans le cadre d'une collaboration entre les hôpitaux affiliés à Harvard, le Massachusetts General Hospital et le Brigham and Women's Hospital, afin de résoudre les principaux problèmes liés à cette crise. Dans ces efforts, le Laboratoire d'Accélération du Diagnostic Covid-19  a pour objectif de dépister et enfin de recommander les tests de diagnostic les plus efficaces et les plus évolutifs pour le Covid-19 dans un contexte de soins sur le lieu de travail et de consommation directe. En raison de la nature nouvelle de Covid-19, il manque encore des tests optimisés et validés pouvant être étendus pour tester des communautés entières. Les tests de diagnostic Covid-19 actuels présentent un pourcentage élevé de résultats faussement positifs/négatifs, ce qui entraîne un risque inhérent à l'ensemble des tests en milieu hospitalier. Outre un diagnostic incorrect au niveau du patient et un manque d'estimation fiable de la Covid-19 dans la population, des tests fiables sont essentiels pour dégager le personnel médical essentiel après la maladie.
 
C'est pourquoi l'équipe de validation du Laboratoire d’Accélération du Diagnostic Covid-19 a évalué plus de 700 tests provenant du monde entier afin de sélectionner les 20 meilleurs tests dans chaque catégorie (détection d'ARN, détection d'anticorps...). Ces tests de premier rang sont évalués sur des échantillons pré- Covid-19, des échantillons de patients actuels, des échantillons de VIH+ et des échantillons de patients souffrant d'autres troubles respiratoires. Ces résultats seront finalement rendus publics et publiés sous la forme d'une recommandation générale destinée à aider les centres de dépistage dans le monde entier.
 
La situation actuelle et votre expérience personnelle de celle-ci affectent-elles votre perspective sur vos travaux de recherche passés ?
 
Mon domaine de recherche a toujours consisté à étudier l'interaction des virus et du système immunitaire de leur hôte respectif. Dans cette mesure, j'ai fait le choix, au cours de ma carrière, de me concentrer d'abord sur la virologie fondamentale, puis sur l'immunité innée et enfin sur l'immunité adaptative. La crise actuelle du Covid-19 et la manière dont on découvre que le Covid-19 réoriente les cellules immunitaires de l'hôte pour attaquer le tissu pulmonaire sain, valide l'importance de l'interaction virus - système immunitaire et l'importance de mes recherches antérieures identifiant les interactions virales avec le système immunitaire de l'hôte dans un contexte de recherche fondamentale et appliquée (translationnelle). Pouvoir partager mon expertise avec les efforts de lutte contre la crise du Covid-19 est un grand honneur et valide les décisions que j'ai prises tout au long de ma carrière au profit de la communauté au sens large.
 
Plus concrètement, pouvez-vous citer les dispositions professionnelles que vous prenez et les axes de recherche que vous pensez aborder à l’avenir ?
 
Pour l'instant, mes efforts se concentrent sur la collaboration avec le centre d'innovation COVID du MGB et le laboratoire Covid-19 Accelerator afin d'identifier des tests fiables et évolutifs que les gens peuvent effectuer à domicile et que les prestataires de soins de santé peuvent réaliser à haut débit dans des laboratoires établis. La mise à disposition de ces tests de diagnostic fiables pour le Covid-19 est une première étape dans la prévention du Covid-19 et l'évaluation de son impact. Les hôpitaux affiliés à Harvard, le Massachusetts General Hospital et le Brigham and Women's Hospital, sont considérés comme des références mondiales. Nous espérons avoir un impact important et nous nous efforçons de normaliser les tests dans de nombreux établissements.
 
Dans l'avenir immédiat, je continuerai à apporter mon expertise aux groupes travaillant à la lutte contre la crise Covid-19 dans ses différents aspects. Comme ma passion est de générer et d'améliorer des thérapies dans un cadre translationnel, je suis de près les thérapies reconverties, les essais impliquant des thérapies existantes avec une fonctionnalité potentielle contre Covid-19. Alors que la communauté scientifique met en place des essais cliniques et que ces résultats s'accumulent, je prévois de diriger ou de participer à des groupes qui rassemblent ces informations afin de fournir une vue d'ensemble complète au personnel clinique. J'espère que cela conduira à des essais cliniques accélérés des thérapies recommandées.
 
Au niveau individuel et partant toujours de votre domaine d’expertise, pensez-vous dédier du temps et de l’énergie à préparer l’après-crise ?
 
Comme indiqué précédemment, je continuerai à offrir volontairement mon expertise et à collaborer avec tout groupe dans ses efforts pour combattre la crise du Covid-19. À l'heure actuelle, la plupart de mes efforts visent à identifier des tests de diagnostic Covid-19 fiables, tant pour les personnes à domicile que pour les installations de test. Des thérapies efficaces réduiront le taux de mortalité de Covid-19 et des vaccins efficaces réduiront en outre sa propagation dans la population et, espérons-le, assureront une immunité collective pour protéger la sous-population immunodéprimée.
 
Maintenant à l’échelle sociétale, quelles sont les réponses et changements globaux que vous estimez nécessaires vis-à-vis de la crise actuelle ?
 
Je ne peux répondre à cette question que du point de vue scientifique et je peux confirmer que les mesures nécessaires - dans une certaine mesure - sont déjà prises ou en cours. Les systèmes réglementaires, les organismes de financement, les hôpitaux et les instituts de recherche adaptent leur processus de demande afin de donner la priorité et d'accélérer la recherche clinique et diagnostique Covid-19. Les entreprises qui produisent les réactifs et les « équipements de protection individuelle » nécessaires accordent également la priorité à la recherche sur la Covid-19. En conséquence, le laboratoire de l'Accélérateur de Diagnostic COVID19 du MGB a été mis en place depuis sa création initiale jusqu'à la réalisation d'un espace de laboratoire réel en 4 semaines. En ce qui me concerne et plus impressionnant encore, l'Accélérateur de Diagnostic Covid-19 a été entièrement mis en place par des scientifiques travaillant à domicile - à l'exclusion de la formation du personnel à la biosécurité et aux protocoles, que j'ai effectué sur place.
 
Outre les systèmes et les installations de soutien des scientifiques, les scientifiques eux-mêmes s’adaptent fortement en cette période de crise. En utilisant le Laboratoire de l'Accélérateur de Diagnostic COVID19 - qui compte plus de 100 scientifiques collaborateurs - par exemple, la communauté scientifique de la Harvard Medical School s'est réunie pour partager son expertise nécessaire pour avoir un impact et pour trouver de nouvelles façons de collaborer efficacement lors de la distanciation sociale. Cette crise pousse les scientifiques à être coopératifs, hautement interdisciplinaires et à développer de solides compétences de leadership pour superviser de tels projets de collaboration.
 
Outre les mesures prises pour accélérer la recherche Covid-19, les dirigeants politiques commencent (ou doivent commencer) à élaborer des politiques avec l'aide de la communauté scientifique, en fonction des données scientifiques disponibles. En particulier dans ce type de crise, les données scientifiques et les experts respectifs interprétant ces ensembles de données sont de la plus haute importance pour aider à déterminer la ligne de conduite du gouvernement. Cela nécessite à nouveau une nouvelle génération de scientifiques qui peuvent occuper confortablement des postes de direction en dehors de leur espace de laboratoire. Mais cela exige également un changement de mentalité de la part de la population. Les gens sont actuellement tenus de pratiquer la distanciation sociale autant que possible et d'être patients, en évitant de bloquer les hôpitaux et en donnant à la communauté scientifique le temps nécessaire pour produire les données et les outils scientifiques nécessaires pour évaluer et combattre correctement cette crise. Il est formidable, selon moi, de voir autant de personnes soutenir leurs prestataires de soins de santé et la communauté scientifique.
 
Quels conseils donneriez-vous à chacune des catégories de personnes suivantes : les étudiants, la prochaine génération de chercheurs dans votre domaine et les jeunes entrepreneurs ?
 
J'invite les étudiants à s'adapter aux nouvelles plateformes d'apprentissage et à avoir la discipline nécessaire pour apprendre en dehors des salles de classe traditionnelles. Cela a été observé avec les étudiants de Harvard et du MIT, qui ont été les premières universités des États-Unis à fermer leurs campus et à renvoyer leurs étudiants chez eux au moins jusqu'à la fin de l'année universitaire
 
À la nouvelle génération de scientifiques, suivez votre passion ! La recherche scientifique est menée par des personnes passionnées qui sont les moteurs de leur domaine respectif. Je conseille à la nouvelle génération d'avoir un esprit de collaboration pour permettre la recherche interdisciplinaire. Au moins dans le domaine de la recherche translationnelle en médecine, vous devrez collaborer avec de nombreux chercheurs qui apporteront chacun leur propre expertise. Si l'occasion se présente, collaborez avec des instituts réputés dans votre domaine - sans tenir compte de leur emplacement dans le monde. Engagez-vous également en dehors de votre espace de laboratoire respectif, la construction de votre réseau scientifique et l'apprentissage de la direction ou du travail en groupe sont de la plus haute importance pour prospérer dans l'environnement scientifique actuel.
 
Pour les jeunes entrepreneurs - En tant que scientifique effectuant de la recherche translationnelle, il est formidable de voir les idées passer du laboratoire au chevet des patients. J'ai eu la chance de côtoyer de grands entrepreneurs dans mon domaine, même des belges comme Michel Detheux (iTeos Therapeutics), et je ne peux que vous encourager à bénéficier de leurs conseils. Soyez passionné par votre entreprise, construisez un réseau solide et apprenez à partager efficacement votre temps entre la création de votre produit et la création de votre entreprise. Évaluez votre entreprise en permanence, identifiez votre cœur de métier et continuez à vous appuyer sur votre expertise. Quelques conseils personnels, n'ayez pas peur de tendre la main et de trouver un solide mentor.
 

Dernière mise à jour
15.06.2020 - 11:13
Retour