Vous êtes ici

Les artistes de Wallonie-Bruxelles envahissent Avignon !

Les artistes de Wallonie-Bruxelles envahissent Avignon ! - cliquer pour agrandir
copyright J. Van Belle - WBI
Neuf compagnies de Wallonie-Bruxelles s'en vont fouler les planches au Festival Off d'Avignon, du 6 au 26 juillet ! Alain Cofino Gomez, directeur du Théâtre des Doms, nous a présenté les 9 spectacles "vivants" retenus à cette occasion.

La Musica Deuxième (Marguerite Duras/Guillemette Laurent)

Une femme et un homme se sont aimés passionnément. Ils ne s'aiment aujourd'hui plus. A la veille de leur divorce, ils cherchent à (se) comprendre et se livrent à l'autopsie de leur histoire d'amour. Un texte de Marguerite Duras porté par un duo de comédiens hors pair, dans une mise en scène d'une justesse vertigineuse. 

A voir aux Doms du 6 au 26 juillet à 10h30 (relâches le 11 et le 18).

 

Bon débarras ! (Cie ALULA)

C'est la meilleure des cachettes, le débarras, sous l'escalier. Dans cette maison, de 1900 à nos jours, des générations d'enfants s'y sont planqués. Dans une chronologie bousculée, les histoires de neuf d'entre eux (marionnettes-enfants plus vraies que nature) nous font traverser un siècle d'Histoire. Un bijou de manipulation, une rêverie sur l'espace et le temps, qui invite à partager ses souvenirs d'enfance. 

A voir aux Doms du 6 au 26 juillet à 12h30 (relâches le 11 et le 18).

 

Pas pleurer (Denis Laujol Cie AD HOMINEM/Théâtre de poche de Bruxelles/La charge du rhinocéros)

Adaptation rock'n roll du roman "Pas pleurer" de Lydie Salvayre. Un récit intense sur la guerre d'Espagne dont s'empare la comédienne Marie-Aurore d'Awans et la musicienne Malena Sardi. Leur dialogue résonne magnifiquement avec le roman. Un hymne à la résistance, à la liberté. 

A voir aux Doms du 6 au 26 juillet à 14h30 (relâches le 11 et le 18).

 

L'Herbe de l'Oubli (Cie POINT ZERO/Théâtre de poche de Bruxelles)

Tchernobyl, 30 ans après. Les comédiens et marionnettes de Point Zéro offrent une magnifique tribune aux témoins et héritiers de la catastrophe rencontrés sur place. Du théâtre qui dépasse le documentaire et dont l'étrange poésie visuelle renforce un propos d'une terrifiante actualité. 

A voir aux Doms du 6 au 26 juillet à 17h (relâches le 11 et le 18).

 

J'abandonne une partie de moi que j'adapte (Théâtre national W-B)

Au départ, il y a le film: "Chronique d'un été", exploration documentaire de la notion de bonheur, de Jean Rouch et Edgar Morin. Ensuite, du cinéma-vérité des années 60, nous glissons vers une théâtralité joyeusement contemporaine. Réappropriation poétique et politique opérée avec talent par une jeune équipe d'artistes trentenaires. Qu'en est-il de la question du bonheur aujourd'hui? s'interrogent-ils, vifs et dansants, avant de nous tendre un miroir intemporel. 

A voir aux Doms du 6 au 26 juillet à 19h30 (relâches le 11 et le 18). 

 

Mal de crâne (Louise Emö/LA PAC)

Hamlet vs Eminem. Une proposition radicale, inattendue. Une écriture ryhtmique, percussive, flamboyante. Bienvenue dans l'univers de Louise Emö, la joute va commencer et ce sera jouissif. 

A voir aux Doms du 6 au 26 juillet à 21h30 (relâches le 11 et le 18). 

 

Inaudible (ZOO/Thomas Hauert)

Hommage à l'interprétation, place à la jubilation de la danse. "Inaudible" rend lisible par le corps et les gestes tout ce que nous ne percevons pas dans une partition. Signature du chorégraphe Thomas Hauert qui confronte sur scène interprétations chorégraphique et musicale dans une danse joyeusement décomplexée, invetive et osée. 

A voir aux Hivernales du 7 au 17 juillet à 15h15 (relâche le 12).

 

Burning (L'Habeas Corpus Cie)

"Burning" c'est à la fois du cirque documentaire et de la poésie chorégraphique. Une envie de replacer l'individu au centre et d'utiliser un langage proche du collage. Un remarquable travail de corps, de voix et d'esprit qui témoigne de la façon insidieuse avec laquelle s'installe la souffrance au travail. 

A voir sur l'Ile Piot du 9 au 21 juillet à 11h10 (relâches le 12 et le 17). 

 

Strach-A fear song (Patrick Masset/Théâtre d'un jour)

Un opéra circassien sous un chapiteau de toile. dans l'arène, 3 acrobates, une chanteuse lyrique et un pianiste pour un rendez-vous intime avec nos peurs. Du cirque onirique et sensible, une magnifique proposition de défier les airs et les repères, d'affronter le monde autrement. 

A voir sur l'Ile Piot du 9 au 21 juillet à 18h (relâches le 12 et le 17). 

 

Mais les Doms, c'est aussi...

  • La mission de croquer les coulisses effervescentes des compagnies au Théâtre des Doms est confiée chaque année à un artiste visuel. Le projet consiste à effectuer une chronique dessinée au jour le jour et d'en extraire une fresque installée dans la cour du théâtre. Après William Henne et Dominique Goblet, c'est au tour de Xavier Löwenthal de se lancer dans l'exercice de cette collecte visuelle. Vernissage le 7 juillet à 18h dans le cour du théâtre. 
  • Aux quatre coins du jardin: "Comment la marionnette raconte l'indicible", "Artistes contrebandiers?", "Politique(s) de la fiction", "Le plateau: mon militantismeà l'heure du hashtag".
  • Les invités du jardin

 

Plus d'infos